<December 18, 1999>>

Alexandre Rivas, Ph.D. <alex_mau@argo.com.br>

Dr. Marco Antonio R. Dias <mardias@club-internet.fr>

Dr. David A. Johnson, AICP <daj@utk.edu>

Dr. Parker Rossman <grossman@mail.coin.missouri.edu>

Prof. Jose Brenes Andre <jbrenes@cariari.ucr.ac.cr>
 

Dear Alex:
==========

(1)  Many thanks for your msg (ATTACHMENT I).

(2)  I am very glad to hear that UNAMAZ people is now committed to conduct the Amazon Region project.

(3)  I understand that the mini-workshop of the Amazon Region project will be
     held during the conference of UNAMAZ which is now to be held in Manaus, instead of in Colombia.

(4)  This mini-workshop (for 2 to 3 days) is;

     (a)  to introduce our GUS project to UNAMAZ people,

     (b)  to discuss your pilot project proposal -- see
          <http://www.friends-partners.org/GLOSAS/Tampere_Conference/Final_Report/Pilot_Project_Proposals/South_America/infoDev_Proposal_Form.html>,

     (c)  to learn from UNAMAZ members about:

          1.   current status of distance learning and telemedicine (including the delivery infrastructure),

          2.   their needs in the future, particularly when a broadband Internet will be available,

     (d)  to present what can be (or will be) available from North America:

          1.   via narrow-band Internet and ISDN, etc., i.e., through currently available telecom infrastructure,

          2.   via broad-band Internet when it is available,

     (e)  to discuss and plan the theme and program of the larger
          workshop/conference (as the follow-up to our Tampere event --
          for 3 to 4 or 5 days) where UNAMAZ people will jointly work;

          1.   to formalize the draft of your pilot project proposal at
               <http://www.friends-partners.org/GLOSAS/Tampere_Conference/Final_Report/Pilot_Project_Proposals/South_America/infoDev_Proposal_Form.html>.

          2.   to make a feasibility study, action plan, etc. to realize
               your project of establishing domestic and international distance learning and telemedicine,

               a.   firstly, via the currently available narrow-band Internet,

               b.   in the near future, via the proposed broad-band Internet,

          3.   to configure administrative and business schemes,

          4.   to construct joint funding proposals,

     (f)  to plan joint fund raising for the larger workshop/conference.

     NOTE:
     If this much can be done at the mini-workshop on March 31st, it would be splendid.

          David:
          ======

          Pls start to contemplate your composing the travel grant application to the NSF.  Thanks.

(5)  I am confused with your proposed date of this mini-workshop -- will it
     be held on March 31st? -- or, in April or May?

     (a)  According to Marco's previous msg, he has committed to attend the
          UNAMAZ conference (though, now in Manaus instead of Colombia).

     (b)  David Johnson's previous msg said that he will approach the
          US/NSF for travel grants for him, me and his UTK people.

     (c)  I hope Tapio can attend this mini-workshop, too.

(6)  We have not received any definite dates of the mini-workshops from:

     (a)  Asia/Pacific Regional Group (Lex Librero in Manila),

     (b)  Native American community project (Kim Obbink in Bozeman),

     (c)  Central America Regional Group (Jose Brenes in Costa Rica),

     (d)  European Regional Group (Ihor Katernyak in Ukraine) -- to be held at Open University in UK,

     (e)  Africa Regional Group (John Afele at Univ. of Guelph in Canada).

     Therefore, if you set yours, others will be adjusted accordingly.

     If the large workshop/conference is to be held in November (*), you
     had better have the mini-workshop as early as possible, in order for
     you and us to have ample time for your preparation and fund raising.

          (*)  The date of the large workshop/conference can be set at the mini-workshop.

(7)  I would think that:

     (a)  the mini-workshop will be held on the occasion of a small mtg of board members of the UNAMAZ,

     (b)  the large workshop/conference may invite attendees of not only
          full members of UNAMAZ but also of other Latin American countries,

     (c)  hence, demonstrations would better be made during the large workshop/conference.

     However, if my assumptions are not correct, you may configure to have
     demonstrations (similar to our GLH last October in Manaus and Roger
     Boston's in Tampere, and telemedicine by Dr. Takuma in Tampere, etc.).
     In this case, we need to have ample time for their preparation and fund
     raising. The point is that, since the GLH videoconferencing and
     demonstration take large effort (time and money) for the preparation, it
     would be effective to show them to larger audiences. Pls let me know your decision ASAP.

(8)  By having mini- and large workshops, you may be able to manage funding raising well.

     (a)  For the mini-workshop, you do not need to solicit travel funds for overseas attendees.

               I suppose that UNAMAZ people can finance their travel funds
               to come Manaus to attend their conference.

     (b)  For the large workshop/conference, we can have ample time and well prepared fund raising materials.

Dear Marco:
===========

(9)  Many thanks for your msg (ATTACHMENT II).

     However, I am sorry to say that I cannot understand other than English and Japanese.

     Dear Parker:
     ============

     Would you kindly translate his msg briefly? -- I understood that you are a linguistics scholar.

Dear Jose Brenes:
=================

(10) Referring to your previous msg, should you bring your colleagues from
     Central American countries to the workshop in Manaus, pls let me and David know soon.

Best, Tak
            ****************************************
                          ATTACHMENT I

From: "Alex Rivas" <alex_mau@argo.com.br>
To: <utsumi@columbia.edu>
Cc: "Carlinhos" <edwar@argo.com.br>, <zemachado@hotmail.com>,
        "Miguel Neneve" <neneve@unir.br>, <bioamazonia@tba.com.br>,
        "Marco Antonio Dias" <mardias@club-internet.fr>, <tapio.varis@uta.fi>,
        <daj@utk.edu>
Subject: Amazon Region Project
Date: Thu, 16 Dec 1999 23:01:00 -0200

Dr. Utsumi,

I really appreciated your words in item (6) below. They came in good time!

I have good news!

(1) The meeting I had today with our colleagues from UNAMAZ was very
productive. The Amazon Region project is now a UNAMAZ project. This is a key
point for its development. Unamaz is structured on three main bases and we are one of them.

(2) The mini-workshop tentative date is March 31 and it is going to be held in
Manaus. Regarding this date I have a question for you.

Unamaz is in a process to elect a new board of directors. One of the
objectives of the February conference in Colombia was to prepare the election.
However, the security problem is a serious threat for everybody. The board of
directors is still deciding whether the meeting is going to happen or not.
Because of these and other operational problems the Colombia Assembly may be
transferred to another date.

I suggested the March 31 first date looking at, among other things, the
November meeting. Our colleagues from UNAMAZ asked me to consider the
possibility of having our mini-workshop in Manaus sometime in late April early
May of next year. Here it is the question: Do you think that an April/May date is too late?

(3) Independently of date, I think that our mini-workshop should have an
international video conference presentation where the institutions would state
for each other the commitment with the project. Are you thinking on something
different (for example, to have something like our Manaus and Tampere
conferences)?  Can you suggest an outline of the program?

(4) From now on I will be working with a team (that is something really good!
Remember our conference in Manaus?). I'll be coordinating this team and will
introduced them for you very soon.

(5) As I mentioned in a previous e-mail, UNAMAZ has all the necessary
conditions to handle funds we will need to raise to finance our initiative.
This leads me to the next point: fund raising.  What are the options now for
our mini-workshop in Manaus and the November conference?  I am going to look
for some local funds but they won't to be enough (almost sure).

(6) I really would like to thank MARCO ANTONIO DIAS and SEIXAS LOURENCO!
Marco Antonio really helped me to keep up with the idea and worked (and is
still working) with Lourenco to introduce and move the right pieces that were missing.

Thanks,

Alex Rivas

----- Original Message -----
From: Tak Utsumi <utsumi@www.friends-partners.org>
To: Multiple recipients of list <gu-l@www.friends-partners.org>
Sent: Wednesday, December 15, 1999 7:40 PM
Subject: Mini-workshop for Central American Group

> <<December 15, 1999>>
>
> Prof. Jose Brenes Andre <jbrenes@cariari.ucr.ac.cr
            ========================================
        <<December 18, 1999>> Removed here by T. Utsumi,
            ========================================
>
> (6)  Our projects are long, long range projects.  Don't give up easily!!
>      Otherwise, people would not follow you and your project will never be realized.
>
> Best, Tak
            ========================================
      <<December 18, 1999>> Removed the rest by T. Utsumi,
            ========================================
            ****************************************
                         ATTACHMENT II

Date: Fri, 26 Nov 1999 00:51:02 +0100
From: Marco Antonio Dias <mardias@club-internet.fr>
To: ivazajar@rio.nutecnet.com.br, machado@unesco.cl, cibanez@eclac.cl,
        miquel@sidint.org, pkrotsch@mail.retina.ar, msarrate@edu.uned.es,
        lucio@reitoria.ufsc.br, saari@rect.uner.edu.ar, r4sl@pobox.udesc.br,
        estela.matriano@uc.edu, redepaz@uol.com.br, ait.ufv@mail.ufv.br,
        davila@visualnet.com.br, hudson@alohanet.com.br, migalah@hsc.unt.edu,
        boelenc@who.ch, uds-iglu@salvador.edu.ar, utsumi@www.friends-partners.org,
        padulo@libertynet.org, jpelton@seas.gwu.edu, rlbonn@megahertz.net,
        vcawagas@gpu.srv.ualberta.ca, Anyle.Cote@canadacouncil.ca,
        rfatteree@ilo.org, sandra.manuel@omninet.com.br,
        becastro@club-internet.fr, helgio@zaz.com.br, javcif@goliat.ugr.es,
        bribeiro@bhnet.com.br, gottfried@bnet.com.br, mcpaez@hotmail.com,
        mcpaez@acuario.icfes.gov.co
Subject: l«gion d'honneur

REMISE DE LA DÍCORATION DE CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR

MARCO ANTONIO RODRIGUES DIAS

PARIS, 26 NOVEMBRE 1996

Les discours de prise de fonctions ÷ l'Acad«mie Fran·aise de Lettres
sont des travaux pleins d'«rudition, avec des citations savantes et des
longues dissertations sur le sens de la vie et sur l'organisation de nos
soci«t«s. Les r«cipiendaires de la d«coration de Chevalier de la L«gion
d'Honneur ont parfois tendance ÷ suivre le mýme sch«ma. Je ne le ferai
pas. Mon discours, pr«sent« ici devant ma famille, les repr«sentants de
l'Etat fran·ais, un groupe d'amis et de personnes qui m'ont aid« dans
mon parcours professionnel, servira tout d'abord ÷ vous montrer ce que
je ressens en ce moment.

Tout d'abord, je suis tr”s «mu. Cette c«r«monie est le symbole d'une
rencontre personnelle avec une culture et, dans le cadre familier, elle
repr«sente la fermeture d'un cercle, un retour aux origines d'une saga.
J'ai ici devant nous mon «pouse, mes enfants, ma belle-fille, mon
gendre, mes petits-enfants. Un jour, au milieu du XIX”me si”cle, un
fran·ais, Jean Boucher, officier de la marine fran·aise selon la
l«gende, s'est aventur« en Am«rique du Sud et, ÷ Salvador de Bahia,
ville chaude et stimulante, il a rencontr« une femme, Francisca
Genoveva, la m”re d'Elisa Boucher, mon arri”re grand-m”re. Qui pourrait
imaginer qu'un si”cle et demi plus tard, apr”s six g«n«rations
tropicales, les avatars de la vie feraient que certains des descendants
de Jean Boucher, mes petits enfants,  Mathieu Autran Dias et son fr”re
qui verra la lumi”re dans quelques jours, seraient des fran·ais
authentiques?  Ma grand-m”re, Maria Paula, qui «tant jeune fille,
portait toujours le nom de Boucher et qui s'imaginait volontiers
descendante du peintre du XVIII”me si”cle serait ravie d'apprendre que
certains de ses arri”res petits enfants sont fran·ais.

Cette c«r«monie est «galement l'aboutissement heureux d'un choix
personnel. Jusqu'÷ la g«n«ration de mes parents, le Fran·ais «tait la
deuxi”me langue dans mon pays. Dans la famille de mon «pouse, on s'amuse
÷ regarder les vieux albums oÛ l'on trouve des menus en fran·ais de
dÂners que l'arri”re grand-p”re de ma femme, d«put«  dans l'empire
br«silien, offrait ÷ ses amis dans la ville coloniale de Diamantina, au
Minas Gerais. Ma g«n«ration, qui a grandi pendant et imm«diatement apr”s
la deuxi”me guerre mondiale, a vu le d«but de la consolidation de
l'Anglais comme "lƒngua franca" internationale et les jeunes se sont
tourn«s vers le monde anglo-saxon. Pour des raisons les plus diverses,
cela n'a pas «t« mon cas, ni celui de ma femme, «tudiante chez les
bonnes soeurs, au Coll”ge Notre Dame de Sion, ÷ Belo Horizonte. Moi, ÷
Rio, sous l'influence d'un prýtre breton, Monseigneur Soubigou, et d'un
philosophe br«silien, le P”re Penido, et stimul« en mýme temps par mes
tr”s anciennes origines fran·aises, je me suis mis du cÏt« de la
tradition, et c'est le Fran·ais que j'ai choisi comme langue «trang”re
principale. Monseigneur Penido, ajoutons-le entre parenth”ses, «tait un
ami personnel de Jacques Maritain et a «t« le seul auteur cit« avec
«loges par celui qui a «t« un des cr«ateurs de l'UNESCO dans son ouvrage
classique "Les degr«s du savoir", oÛ il qualifie dƒexcellent un des
travaux de Penido, celui sur l'analogie.

Les ann«es 50, les ann«es de mon adolescence, la p«riode de l'apr”s
guerre, oÛ des br«siliens «taient venus se faire tuer en Europe dans une
guerre qui n'«tait pas la leur, mýme s'ils «taient du bon cÏt«, a vu le
Br«sil se faire inonder par les produits de la culture nord-am«ricaine.
C'«taient les jouets en plastique, les yo-yo de toutes les couleurs, le
coca-cola surmontant le guaranð tandis que d'autres boissons nationales
de l'«poque comme le guarð disparaissaient pour toujours. Tandis qu'avec
des r«serves accumul«es pendant la guerre, le Br«sil achetait du
plastique am«ricain et, au prix fort, des vieux chemins de fer anglais
qui, par contrat leur seraient rendus gratuitement peu de temps apr”s,
le pays se faisait occuper culturellement par des bandes dessin«es
am«ricaines, par des films de s«ries et d'aventures produits ÷
Hollywood. Un des h«ros de ma g«n«ration «tait Errol Flynn.

C'«tait «galement l'apog«e des concours de "miss" pour choisir les plus
belles filles du monde et pour vendre, de surcroÂt, dans les pays en
voie de d«veloppement, une conception de vie, une repr«sentation de la
beaut«, et, bien sÒr, des produits de maquillage.  En 1954 -si ma
m«moire est bonne- apr”s la commotion collective des ann«es 50, quand le
Br«sil, en plein Maracan , a perdu la Coupe du Monde de football, une
autre catastrophe a occup« les pages des journaux et revues et
l'imaginaire de millions de br«siliens: la candidate br«silienne ÷ Miss
Univers, une belle bahianaise brune, Martha Rocha, bien quƒ«tant d'apr”s
la presse br«silienne la plus belle du monde, aurait perdu le titre de
Miss Univers pour avoir quatre pouces de trop... Les historiens, un
jour,  remarqueront que, dans les ann«es 50, toutes les candidates ÷
Miss Br«sil, interrog«es sur leurs pr«f«rences litt«raires, disaient
avoir  comme livre favori ("livro de cabeceira")  " Le Petit Prince" de
Saint-Exup«ry. C'«tait presque obligatoire, parmi les candidates aux
concours de beaut«, comme parmi les jeunes «coli”res de l'«poque, de
connaÂtre la citation du passage oÛ le renard demandait au petit prince:
"apprivoise-moi".

Eh bien, si lƒon me demande quel a «t« le premier livre fran·ais que
j'ai lu dans sa version originale, je serai oblig« dƒavouer que c'«tait
en 1952 ou 1953, j'avais douze ou treize ans et que son titre «tait
justement "Le Petit Prince" dƒAntoine de Saint-Exup«ry.  L'aviateur m'a
fait d«couvrir la litt«rature fran·aise, j'ai rep«r« ensuite une
librairie Rue Mexico, ÷ Rio de Janeiro, oÛ j'ai pu me procurer d'autres
livres du mýme auteur  -"Vol de Nuit" par exemple- et des travaux
d'autres auteurs fran·ais d«j÷ disponibles ÷ la fin des ann«es 50 en
livre de poche.  Plus tard, sous l'influence des maÂtres d«j÷ mentionn«s
et des dominicains br«siliens de l'«cole de Toulouse, tels que Frei
Matheus Rocha, qui a eu une grande influence sur toute une g«n«ration,
j'ai d«couvert Jacques Maritain, Gabriel Marcel, Garrigou-Lagrange, et
plus tard, Mounier, Theillard de Chardin et Bernanos qu'un de mes
professeurs, Edgar da Matta Machado avait accueilli au Br«sil et avait
traduit en Portugais, auteurs que je lisais peut ýtre sans avoir la
maturit« pour en saisir toute la profondeur.

C'est un dominicain fran·ais install« au Br«sil, le fr”re Pierre
Secondi, qui, en 1966, au moment oÛ je cherchais ÷ obtenir une bourse
fran·aise pour passer un diplÏme de troisi”me cycle ÷ l'Universit« de
Paris, en sa qualit« de professeur de l'Universit« Catholique de Rio et
de Pr«sident d'honneur du Comit« fran·ais, a d«clar«, dans une lettre de
recommandation adress«e au Conseiller Culturel de l'Ambassade de France,
apr”s avoir fait des r«f«rences sÒrement exag«r«es ÷ mes qualifications
personnelles et professionnelles: ...par le s«rieux et la dignit« de
son caract”re, il parait certain que la coop«ration franco-br«silienne,
en si bonne voie actuellement, trouverait en lui un ex«cuteur de premier
plan ÿ.

En octobre 1966, par un automne froid et sombre, j'ai d«barqu« ÷ Paris
pour la premi”re fois. Par chance, un ami br«silien rencontr« par hasard
÷ l'a«roport d'Orly, Francisco Paiva Chaves, m'a aid« ÷ trouver un hÏtel
rue des Ecoles, l'hÏtel Gerson, ÷ cÏt« de la Sorbonne, et a eu la
gentillesse de me faire d«couvrir Paris "by night" en voiture, le soir
mýme de mon arriv«e. Vous ne pouvez pas imaginer l'intensit« de la
sensation et de l'enthousiasme d'un jeune br«silien ÷ vocation
francophone de voir, pour la premi”re fois, la Tour Eiffel, la Sorbonne,
la Seine, la Place de la Bastille, l'Ob«lisque, les Champs Elys«es.  Les
deux ann«es que nous avons v«cu ÷ Paris ont «t« merveilleuses.  Quand,
sous la pression de lƒattach« militaire du Br«sil, jƒai perdu ma bourse,
cƒest le Comit« Catholique contre la Faim et pour le D«veloppement (M.
Martinach) qui a fait preuve de solidarit« et est venu nous assister et
nous permettre de compl«ter mon troisi”me cycle.

J'ai eu le privil”ge d'avoir v«cu Mai 68 ÷ Paris en tant qu'«tudiant.
Nous sommes rentr«s au Br«sil, apr”s les «v”nements, dans une p«riode oÛ
un coup d'«tat ÷ l'int«rieur d'un coup d'«tat avait consolid« une
dictature qui a dur« plus de vingt ans. Dans certains milieux,  ýtre
francophone ÷ cette «poque n'«tait pas la meilleure fa·on de se faire
aimer par les "donos do poder" (les propri«taires du pouvoir). Je me
limite ÷ vous raconter une anecdote que certains ici pr«sents, si«geant
÷ l'Ambassade de France au Br«sil, ont dÒ connaÂtre dans tous les
d«tails. Aux alentours de 1974, utilisant les capacit«s d'analyse
acquises dans l'exercice pr«alable du m«tier de journaliste, j'ai
consid«r« que Fran·ois Mitterrand, mýme battu aux «lections, finirait
par gagner un jour. J'ai propos« que l'Universit« l'invite ÷ venir faire
un discours, mais l'autorisation n'a  pas «t« accord«e. Quelques ann«es
plus tard, «tant vice-recteur ÷ l'Universit«, on a essay« de refuser
toute valeur ÷ mon diplÏme fran·ais de troisi”me cycle, et jƒai «t«
accus« ßce qui «tait tr”s grave- dƒýtre le repr«sentant personnel de
Mitterrand au Br«sil.

Pauvre Fran·ois Mitterrand ! Il n'a probablement jamais entendu parler
de mon nom, mais un agent des forces de s«curit« br«siliennes a fait le
voyage en France pour enquýter sur ma vie et mes liaisons dans ce pays,
il a «t« mis en contact par des adversaires de Mitterrand avec des hauts
fonctionnaires du Cabinet d'une ministre de l'«poque et c'est finalement
un fonctionnaire Corse qui a essay« de lui fournir des «l«ments qui
justifieraient son voyage. Heureusement, la man£uvre a «t« bloqu«e par
des diplomates du Quai d'Orsay comme les Ambassadeurs
Legendre, et Jean-Louis Marfaing.

Il y a un cÏt« ridicule dans tout cela. Cependant, je dois avouer qu'÷
partir de ce moment j'ai d«velopp« un sentiment tr”s fort contre les
Corses et il a fallu que plus tard, dans les ann«es 90, un autre
processus de d«stabilisation, cette fois ÷ l'int«rieur de l'UNESCO,
intervienne pour que je me rende compte que les g«n«ralisations sont
dangereuses. Cette fois, mes liens avec la France n'y «taient pour rien,
mais, dans un cadre domin« par d'autres sensibilit«s, ýtre, comme
j'«tais ÷ l'«poque, un francophone isol« dans un milieu anglo-saxon
n'«tait pas non plus de nature ÷ me rendre service. Et c'est juste ÷ ce
moment-l÷ qu'un autre Corse, Pr«sident de la Commission nationale
fran·aise, a pris l'initiative de venir me voir pour me dire que la
France suivait ce qui se passait ÷ l'UNESCO, et quƒen tant que pays
hÏte,  la France «tait tr”s satisfaite de l'orientation adopt«e par la
Division de l'enseignement sup«rieur et qu'elle «tait  prýte ÷ se
manifester en ma faveur, si n«cessaire.  L'essentiel de cette
conversation s'est r«pandu dans la Maison et son impact a «t«
consid«rable. Vous ne serez donc pas surpris si je manifeste ici ma
profonde gratitude ÷ M. Jean Sirinnelli.

Cette d«coration est un fruit de la co-habitation. Propos«e par le
Gouvernement fran·ais, en particulier par le Ministre des Affaires
Etrang”res, elle a fait l'objet d'un d«cret sp«cial du Pr«sident Chirac.
Je dois remercier en premier lieu l'Ambassadeur Musitelli, Mme.
Sylvianne Legrand et tous les membres de la d«l«gation, mais «galement
les amis de la Commission Fran·aise pour l'UNESCO qui m'ont accompagn«
et soutenu au cours de toutes ces ann«es -presque dix-huit- pendant
lesquelles j'ai exerc« les fonctions de Directeur de la Division de
l'Enseignement Sup«rieur.  Par ce geste, je sais que le gouvernement
fran·ais a voulu rendre hommage ÷ quelqu'un qui, bien quƒavec un fort
accent national et un fran·ais boiteux, a toujours eu le Fran·ais comme
langue principale de travail, mais a aussi voulu r«compenser une
fid«lit« ancienne, une conception de vie qui va au-del÷ des situations
du moment.

En choisissant le fran·ais comme langue «trang”re principale, je
m'ouvrais la porte aux travaux de philosophes, journalistes et «crivains
humanistes. Je me permettais l'acc”s direct aux principes de libert« et
de respect aux droits humains. Je dominais un instrument qui me
permettait de me situer et de me positionner contre des positions
monopolistes, surtout dans le domaine culturel. Dans les ann«es 60,
comme journaliste, comme jeune «diteur et directeur de moyens de
communication au Br«sil, j'ai stimul« la pr«sence de la chanson
fran·aise, j'ai sign« des accords d'abonnement avec l'Agence France
Presse (AFP). Dans les ann«es 70, ÷ l'Universit« de Brasilia, j'ai «t«
l'animateur d'un accord avec la France pour la formation
d'administrateurs publics, ce qui a men« dans mon pays des experts et
des Enarques, comme Jean Pierre Hoss, pour ne citer qu'un exemple.
J'«tais, en mýme temps, un enthousiaste du nouvel ordre mondial de
l'information et mes amis fran·ais vont me pardonner l'insolence, les
principes que nous soutenions ÷ cette occasion sont les mýmes que la
France enti”re d«couvre aujourd'hui avec la th”se de l'exception
culturelle.

Je sais «galement qu'en accordant la l«gion d'honneur ÷ un
ex-fonctionnaire «tranger de l'UNESCO, le gouvernement fran·ais a voulu
exprimer publiquement le soutien ÷ l'orientation  et au travail d'une
«quipe, ÷ une conception dynamique de l'«ducation, ÷ une id«e de
coop«ration bas«e sur la solidarit«, le partage, le respect de la
diversit« culturelle. Je vous avais annonc« au d«part que je ne ferais
pas un discours d'acad«micien. Mais, dans un moment de transition, il y
a des id«es sur lesquelles il faut toujours insister. Je suis pleinement
d'accord avec M. Jospin qui dans son discours ÷ la Conf«rence mondiale
sur l'enseignement sup«rieur a d«clar« que "Il nƒexiste pas de mod”le
unique dƒenseignement sup«rieur" et que "si lƒenseignement sup«rieur
doit sƒadapter au march«, je r«cuse la conception mercantile selon
laquelle il pourrait ýtre d«termin« par le march«". Je suis tout ÷ fait
d'accord avec le Pr«sident Chirac, qui, ÷ la veille de la r«union de
l'Organisation Mondiale du Commerce ÷ Seattle, Etats Unis, la semaine
prochaine, a «nonc« sept principes pour le nouvel ordre mondial:
responsabilit« collective dans l'action, «quit«, solidarit«, diversit«,
pr«caution, libert«, compl«mentarit«".

Je suis tr”s reconnaissant aux autorit«s br«siliennes qui, laissant de
cÏt« les menaces des agents de la r«pression, ont soutenu avec courage,
au d«but des ann«es 80, ma candidature ÷ l'UNESCO: les Ministres de
l'«ducation Portella, Ludwig et Euro Brand o, les Ministres des
relations ext«rieures Silveira et Guerreiro, les Ambassadeurs Geraldo
Holanda Cavalcanti, Baena Soares et Paulo Carneiro, le Vice-Ministre
Octðvio Costa et tant d'autres. Je remercie le Ministre Paulo Renato et
le Pr«sident Cardoso qui, malgr« le fait que je soutienne une politique
«conomique diff«rente de celle de leur gouvernement, ont exprim« un
soutien clair ÷ mon action ÷ l'UNESCO dans des moments importants.

Ma reconnaissance va «galement ÷ M. M'Bow qui, en me nommant Directeur
de la Division de l'enseignement sup«rieur n'a pas donn« raison ÷ ceux
qui consid«raient que ce niveau de l'«ducation ne peut ýtre confi« ÷ des
ressortissants de pays en voie de d«veloppement. Je suis reconnaissant ÷
M. Mayor de n'avoir pas c«d« aux pressions bas«es sur ces mýmes
fondements pour m'envoyer ÷ l'autre bout de l'univers et de nous avoir
ouvert la voie ÷ une vision humaniste de notre action.  Je suis enfin
reconnaissant au Recteur van Ginkel et aux membres du Conseil de
lƒUniversit« des Nations Unies qui, tout en prenant en consid«ration mes
limites comme retrait«, me sollicitent pour collaborer aux efforts de
lƒUniversit« afin dƒam«liorer la situation des pays en voie de
d«veloppement dans le domaine de lƒenseignement sup«rieur et de la
recherche.

 L'UNESCO, comme toute organisation humaine, doit s'efforcer de
s'am«liorer. Des r«formes sont toujours n«cessaires, des abus doivent
ýtre «limin«s, mais il ne faut pas aller tr”s loin pour trouver les
fondements philosophiques ayant  la force de justifier une action
«ducative et culturelle au niveau international. L'«quipe qui a lanc« le
programme UNITWIN/Chaires UNESCO, qui a organis« la Conf«rence mondiale
sur l'enseignement sup«rieur, qui a coordonn« la pr«paration
d'instruments normatifs comme ceux relatifs ÷ la condition et au statut
du personnel enseignant du sup«rieur et ceux relatifs ÷ la
reconnaissance des «tudes et ÷ la mobilit« acad«mique, qui a d«velopp«
l'id«e de la coop«ration bas«e sur la solidarit«, l'«quipe avec laquelle
je partage cette d«coration, sait que l'objectif de toute cette action
doit ýtre la construction d'une soci«t« meilleure, plus juste et
«quitable. Les Etats ont un rÏle ÷ jouer dans cette entreprise, mais la
soci«t« civile, les membres de la communaut« acad«mique en particulier,
ont leur mot ÷ dire dans ce domaine. C'«tait le rýve des fondateurs de
l'UNESCO, y compris de Jacques Maritain. C'est notre rýve de toujours.
            ****************************************
                      List of Distribution
 
Alexandre Rivas, Ph.D.
Adjunct Professor
Director of the Center for Environmental Sciences
University of Amazonas - Brazil
C.P. 4208, Manaus 69053-140
BRAZIL
+55-92-635 32 33
+55-92-644 23 22
Fax: +55-92-644 23 84
alex_mau@argo.com.br
http://www.argo.com.br/~alex_mau/alex.htm

Dr. Marco Antonio R. Dias
Vice President, Global University System
Consultant of United Nations University
Former Director, Division of Higher Education of UNESCO
36, Rue Ernest Renan
92.190 Meudon
FRANCE
Tel: +33-1-45 34 3509
Fax: +33-1-45 34 3509
mardias@club-internet.fr
m.dias@unesco.org

Dr. David A. Johnson, AICP
Board member of GLOSAS/USA
Former President of Fulbright Association
Professor of School of Planning
College of Arts and Sciences
University of Tenneseee
108-I Hoskins Library
Knoxville, TN 37996-4051
USA
Tel: +1-423-974 5227
Fax: +1-423-974 5229
daj@utk.edu
http://web.utk.edu/~djohnutk/

Dr. Parker Rossman
3 Lemmon Drive
Columbia MO 65201-5413
573-443-3256
FAX: 314-876-5812 (emergency)
grossman@mail.coin.missouri.edu
jrossman@mail.coin.missouri.edu
grossman@bigcat.missouri.edu
http://www.trib.net/~prossman

Prof. Jose Brenes Andre
President of Consta Rica Fulbright Association
Escuela de Fisica
Universidad de Costa Rica
San Pedro
COSTA RICA
Tel: +506-207-5019
Fax: +506-225-5511
jbrenes@cariari.ucr.ac.cr
**********************************************************************
* Takeshi Utsumi, Ph.D., P.E., Chairman, GLOSAS/USA                  *
* (GLObal Systems Analysis and Simulation Association in the U.S.A.) *
* Laureate of Lord Perry Award for Excellence in Distance Education  *
* Founder of CAADE                                                   *
* (Consortium for Affordable and Accessible Distance Education)      *
* President Emeritus and V.P. for Technology and Coordination of     *
*   Global University System (GUS)                                   *
* 43-23 Colden Street, Flushing, NY 11355-3998, U.S.A.               *
* Tel: 718-939-0928; Fax: 718-939-0656 (day time only--prefer email) *
* Email: utsumi@columbia.edu;  Tax Exempt ID: 11-2999676             *
* http://www.friends-partners.org/GLOSAS/                                   *
**********************************************************************

Return to: Global University System Late 1999 Correspondence
Web page by Steve McCarty, World Association for Online Education President